Les commerçants de mon écoquartier

Posted by on Mai 24, 2012 in Cuisine, Écologie | 7 comments

Ce n’est pas plus cher surtout pour l’alimentation !

Je paie mon jambon 15€/le kilo chez mon boucher et un bout de plastique nommé jambon au même prix en supermarché. Pareil quand j’ai une fringale, je m’arrête dans les commerces alimentaires indépendants : sandwicherie bio, boulangerie de quartier, épicerie fine… j’évite McBeurk !

Chaînes de restauration rapide : j’imagine dégouliner dans mon oesophage  des produits industriels, passés au rayon X assainissant et purgatif ! Je préfère mes petites adresses : dans le commerce de bouche la réputation précède la bonne marchandise. Le bouche à oreille et la vue de la fréquentation font le reste.

Sociologiquement, c’est quand même plus intéressant de donner du souffle à l’artisan qui vit à côté de chez nous. Si je passe dans la rue, ça embaume le vernis à bois et le cuir graissé. C’est plus important qu’on imagine de croiser l’odeur du vernis à bois de temps en temps. On ressent pleins de chmulmul vivants. Quand j’ai le moral dans les chaussettes, que mon épicier rajoute trois poignées de cerise ça me réchauffe le cœur. Je ne me sens pas anonymement isolée, des paires d’yeux et de mains s’agitent autour de moi. C’est plus rassurant qu’être coincé entre des entrepôts et des distributeurs automatiques, longer la tôle lisse et froide d’un grand magasin. J’ai lu un article du Monde sur l’industrialisation des espaces qui titre « Comment la France est devenue moche » : grands bâtis, grands axes de circulation, les commerces en périphérie et les quartiers dortoirs. On est les mieux placés pour entretenir et conserver un paysage humain autour de nous.

Petit bistrot du coin-du-bout-de-la-rue (pas Star fashion café si vous voyez à quoi je pense) et la baguette de ce midi, cordonnier, fleuriste, pressing, coiffeur, menuisier.  Les artisans des produits qui durent. Les valises en cuir de nos grands parents et leurs lainages sont restés impeccables en 30 ans. Un achat une fois tous les 6 mois, un truc chouette et de qualité qui ne vous lâchera pas. « Ce qui est pas cher est trop cher » disait une vieille dame que j’ai connu.

L’enjeu c’est aussi ne pas enrichir les multinationales qui exploitent consommateurs et employés. Celles chez qui on achète sont les cousines de celles chez qui on travaille. Jouer la carte de la proximité, un quartier, c’est un mini bassin éco-économique !

 

>>> Concours en cours par là

 

 

7 Comments

Join the conversation and post a comment.

  1. Simplicity

    Comme presque toujours avec tes articles : je suis tellement d’accord 🙂

  2. zelizelo

    C’est plus que vrai… Bravo ! bravo !

  3. notre bulle à nous

    tout à fait d’accord

  4. Stelda

    Je découvre votre blog : merci la une HC 😉
    Et je me faisais cette réflexion la dernière fois que j’étais chez le boucher : « il est moins cher que le supermarché du coin ». C’est vraiment idiot de s’en priver…

  5. Emilie

    c’est cool de sentir qu’on est plusieurs à soutenir les petits commerces ! D’autant que comme pour le jambon, les grandes surfaces capitalisent sur leur réputation de prix éco mais ne se privent pas d’appliquer des prix hauts !!

  6. Flore

    Le mieux tout de même pour les animaux, sa santé et son portefeuille : c’est de ne pas manger de viande 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

< Cochez ici et le dernier article de votre blog s'affichera en-dessous du commentaire